French French

65% des moins de 17 ans écoutent la musique avec les écouteurs fournis par les fabricants de smartphones ; 50% d’entre-eux avec une durée 1 à 2 heures par jour et 20% entre 2 à 3 heures. Près d’un jeune sur 2 s’endort même avec. L’écoute se fait plutôt à volume élevé pour un tiers des 15- 17ans et 36% des 18-24 ans, 43% des 25-34 ans. Lors du confinement, le smartphone a pu renforcer l’effet palliatif à l’ennui et les vacances arrivent. Un phénomène qui concerne de plus en plus les enfants… Alors quelles sont les bonnes pratiques pour leurs oreilles ?

Ecouteurs, casques ou enceintes bluetooth ?

Le choix du casque doit se réaliser en fonction de ses habitudes d’écoute et chaque matériel présentera des avantages et inconvénients. Les

Pendant le confinement, un grand nombre de seniors a délaissé les aides auditives. Faute de piles, de nettoyage, de réglage ou par peur de se rendre chez les audioprothésistes qui ont maintenu un suivi, les aides auditives sont retournées dans le tiroir. Mais cela n’est pas sans conséquences sur la santé. Les aides auditives font partie des soins médicaux de prévention et de lutte contre le déficit prématuré des fonctions cognitives.Les experts scientifiques et médicaux de l’association JNA, association neutre et indépendante, invitent à ne pas renoncer au port des aides auditives. 

A ce jour, le port des aides auditives est la réponse médicale à la compensation de la perte auditive.

Les cellules sensorielles de l’oreille, celles

L’épigénétique nous apprend à retarder les déclenchements de modification de l’état de santé, dus aux prédispositions génétiques. En effet, en modifiant le rapport à notre environnement, nous pouvons repousser l’apparition de ces maladies inscrites à notre patrimoine génétique. Il en va ainsi de la perte auditive liée à l’avancée en âge, phénomène appelé presbyacousie.

La presbyacousie, un phénomène naturel lié au facteur génétique

La perte auditive liée à l’avancée en âge commence à poindre son nez vers 55 – 60 ans. Elle concerne aujourd’hui 40% des 60-70 ans et plus de 50% des plus de 80 ans. En effet, les cellules sensorielles de l’oreille s’usent peu à peu depuis l’âge de 20 ans et une partie d’entre-elles disparaissent. Les

Un engagement des pouvoirs publics est urgent.

Nous démarrons une nouvelle décennie emplie d’espoir quant à la reconnaissance de la place de l’audition au sein de la politique de santé publique. Il y a 23 ans, lorsque nous avons initié une journée nationale d’information et de prévention des risques auditifs au travers de la Journée Nationale de l’Audition, la santé auditive était loin des préoccupations de chacun et des pouvoirs publics.

Aujourd’hui, une prise de conscience est en train d’émerger. Chaque année, la campagne de prévention initiée par la JNA fédère plus de 2 500 acteurs. Une telle mobilisation a un retentissement important auprès de la population et des médias qui amplifient l’information. Cette force d’action, unique au

20 millions de Français souffriraient d’acouphènes.

A l’entrée de cette nouvelle décennie, les experts de l’association JNA ont souhaité faire un point sur la place de l’audition dans la vie des Français. Cette nouvelle enquête, qui servira de référence pour les années à venir, questionne les modes de vie et leurs impacts sur la compréhension de la parole et les acouphènes ; et renseigne sur les actions santé à mener pour généraliser le suivi de l’audition dans le parcours de santé de chacun. Cette nouvelle enquête montre l’urgence de prendre en compte les risques anthropiques (dus aux activités et aux modes de vie de l’homme) aux côtés des pratiques d’écoute de musique nomade pour développer une nouvelle écologie santé

Campagne Sante Auditive au Travail 2020

bannière web pour webzine