French French

Par manque d’intérêt, par ignorance, nous avons tous tendance à oublier la place des oreilles dans l’équilibre général de santé. Profitons de ce rapport au temps différent pour redécouvrir les essentiels. Parmi eux, les rôles fondamentaux de nos oreilles pour notre sérénité, notre bien-être et notre vitalité.

Connaître les 3 fonctions essentielles de l’audition

A chaque microseconde, les oreilles fonctionnent comme des radars. Elles captent les sons et les transmettent au cerveau. Ce dernier va sans cesse décoder, analyser pour ensuite nous alerter, nous permettre de communiquer et d’enrichir notre palette émotionnelle. Ces 3 fonctions sont altérée de manière momentanée ou parfois à tout jamais lorsque un stress acoustique vient agir comme un simple grain de sable ou comme un choc, en fonction de l’intensité ou/et de la longévité du son.

Plus nous permettons une fluidité des mécanismes de l’audition et plus le décodage se réalise instantanément. Dans le cas contraire bien comprendre devient plus difficile et c’est alors que le cerveau est mis en difficulté. La charge cognitive augmente, accompagnée de perte de concentration, de fatigue.

Grâce à la connaissance de ces mécanismes, il est possible d’agir en dosant le stress acoustique.

Gérer la dose de stress acoustique

Le bruit environnant est la source de ce stress acoustique mais également celui lié à l’écoute de musique, de vidéos, de musique gaming avec les écouteurs et le casque. Le cumul constitue une doser qui peut provoquer une sollicitation exacerbée des cellules de l’oreille et les engorgées. Selon les experts ORL l’écoute de musique avec écouteurs ou casque ne devrait pas dépasser 1 heure à moitié de volume par jour.

L’oreille ne s’habitue pas au bruit. Elle n’a pas la capacité de s’en protéger naturellement contrairement aux yeux, dotés de paupières. La simple bonne raison en est que si nous fermions les yeux et que nous fermions les oreilles, plus rien de permettrait de nous alerter d’un danger.

Alors pourquoi avons-nous l’impression de ne plus entendre certains bruits familiers comme celui du moteur du frigo ?

Le cerveau filtre ces petits bruits qui nous dérangent. Toutefois les cellules de l’oreille demeurent sollicitées par eux. Ils participent à la dose de stress acoustique.

Pour éviter les désagréments liés au stress acoustique, il est nécessaire d’offrir des temps de récupération à ses oreilles. « En musique, les silences sont des respirations ». Ils permettent à l’oreille de faire une pause ou micro-pause lui permettant de lui laisser le temps d’analyser correctement et sans la stresser.

Eveiller le sens de l’ouïe

Le confinement offre la possibilité de développer un rapport au temps différent. Il est propice à la pratique du yoga, de la méditation, de gym sensorielle. Ces pratiques aident à lâcher le mental. En intégrant les oreilles dans le schéma corporel ressenti, il est alors possible d’atteindre un niveau supérieur de relâchement. En conscience, il peut être possible d’entendre le son du moment présent. Une manière de s’exercer et de se laisser mouvoir par la musique de relaxation est de mettre la conscience de l’oreille sur la musique entendue. Vous serez alors connecté à l’instant présent et découvrirez tous les apports de votre ouïe au niveau des émotions et de leur différentes couleurs.

 

Campagne Sante Auditive au Travail 2020

bannière web pour webzine