French French

« Je souffre d’acouphènes et je recherche des conseils pour mieux vivre avec »

Christian, 54 ans, Montluçon

14 à 17 millions de personnes souffriraient d’acouphènes en France dont 7 millions de manière permanente selon les différentes enquêtes réalisées par l’association JNA (*) Les acouphènes sont des sifflements ou bourdonnements et autres petits bruits entendus par la personne elle seule. La cause de leur survenue n’est pas toujours précisément connue et probablement multifactorielle mais aujourd’hui leur installation après traumatismes sonores aigus ou chroniques est de plus en plus fréquente. Les acouphènes, qu’ils soient continus ou non, peuvent devenir une vraie gêne dans la vie quotidienne.  Si

L’enquête JNA-IFOP « Le Smartphone : ami ou ennemi de notre santé auditive ? » pointe que c’est au sein de la population des 15-17 ans que les modes d’utilisation des smartphones sont les plus inquiétantes pour leur audition. C’est ainsi une véritable alerte à vigilance que lancent les experts de la JNA.

Durée d’écoute de la musique sur smartphone : 7 jeunes sur 10 l’écoutent plus d’une heure par jour

La durée d’utilisation quotidienne pour 71 % des 15-17 ans est supérieure à 1 heure par jour, et 25 % supérieure à 2 heures par jour.

Par comparaison, à l’inverse, 72 % des plus de 35 ans écoutent moins d’une heure de musique sur leur téléphone.

Volume sonore élevé ou modéré

La cause principale de la baisse des capacités à bien comprendre la parole demeure la presbyacousie. Elle est due à l’usure naturelle des cellules sensorielles de l’oreille avec l’avancée en âge. Elle est l’équivalent de la presbytie pour la vue. Lorsque la presbytie intervient nous portons des lunettes, alors que faire lorsque la presbyacousie se présente à nous ?

A quel âge apparaît la presbyacousie ?

La presbyacousie touche la majorité de la population mondiale. Il s’agit d’un phénomène naturel et universel lié au vieillissement. Ses premiers signes apparaissent autour de 50 ans pour devenir plus significatifs à 65 ans.

Deux études scientifiques et médicales montrent que de ne rien faire s’avère

Contrairement aux idées reçues, le plaisir lié à la musique ne provient pas de la puissance de son volume d’écoute. Les effets psycho-émotionnels provoqués par « le son qui tape» provoquent un sentiment d’émotion intense, une illusion de plaisir. C’est alors que le danger de troubles auditifs est à son paroxysme. Quels sont ses effets ? Quels sont les risques ? Comment conjuguer plaisir et santé auditive ? Entre illusion du plaisir et plaisir réel, comment faire la différence ? 3 astuces pour vivre intensément les soirées festives de l’été.

Astuce 1 – Gérer le stress acoustique

Les cellules sensorielles de l’oreille sont soumises au stress lié à la pression acoustique. Le son est une production d’énergie qui arrive sur

Réalisé avec Philippe Metzger, secrétaire général de l’association JNA

Les aides auditives d’entrée de gamme sont des matériels bas de gamme ?

FAUX : Pour être référencées produits de santé, les aides auditives (appelées audioprothèses dans la loi de santé) doivent répondre à des normes strictes. La nouvelle nomenclature issue des négociations dans le cadre du “Reste à charge zéro” en audioprothèse définit une classe 1 et une classe 2.

Les matériels qui sont aujourd’hui proposés dans la classe 1 sont ceux qui faisaient partie de la gamme moyenne avant la nouvelle nomenclature. Par conséquent, le reste à charge zéro permet d’accéder à de meilleurs appareils.

La puissance de calcul des appareils de