French French

A partir de 50 ans, la vue baisse naturellement pour la majorité des individus. Ce phénomène est appelé presbytie. Pour l'oreille, le phénomène est appelé presbyacousie. Tout comme pour la vue des solutions existent pour continuer à bien entendre. Si le désir de bien entendre en toute circonstance devient aussi fort que de celui de bien voir, les freins à s'équiper d'aides auditives demeurent, au risque d'impacter la santé et l'équilibre de vie sociale. A l'occasion de sa campagne annuelle, Journée Nationale de l'Audition, l'association JNA a interrogé les Français de 50 ans et plus afin de mieux comprendre les blocages. 900 individus ont ainsi participé au sondage réalisé avec l'institut Ispos. 

La presbyacousie : quelles

La prise en charge des troubles de l’audition est une affaire pluridisciplinaire. En effet, le médecin traitant, le médecin ORL, l’audioprothésiste,  l’orthophoniste, le sophrologue, le psychologue sont différents professionnels de l’audition pouvant intervenir et vous accompagner dans le cadre de votre parcours de santé auditive.  Dans le cadre du parcours de soins coordonnés, votre premier interlocuteur est votre médecin traitant. Quels sont les rôles de chacun ?

Le médecin traitant

En cas de trouble auditif, la première chose à faire est d’en parler à son médecin généraliste. Dans le cadre du parcours de soins coordonnés, le médecin traitant s’appuiera sur toutes les expertises nécessaires pour vous aider.

Etre Senior. Qui se reconnaît dans cette "étiquette" de senior qui signifie "être âgé" ? Point avec Rémy Oudghiri, sociologue, dirige Sociovision, un institut spécialisé dans les études prospectives, filiale du groupe Ifop. Il est l’auteur de "Ces adultes qui ne grandiront jamais" (Arkhê, 2017)

JNA :  C’est quoi être senior aujourd'hui ?

Rémy Oudghiri : Je préfère parler de « séniorité » plutôt que de « senior ». Car la « séniorité » est un processus. Nos études montrent qu’on ne devient pas senior du jour au lendemain, mais qu’on le devient progressivement. Il y a deux grandes étapes. La première intervient autour de la cinquantaine. Soudain on réalise qu’on a vécu un demi-siècle, et cela ne nous laisse pas indifférent. Pour

Les acouphènes désignent des bruits entendus, de manière continue ou intermittente, “dans l’oreille” ou “dans la tête”, sans source sonore dans l’environnement. C’est le système auditif lui-même qui génère ces sifflements ou bourdonnements. Il s’agit d’un phénomène commun qui affecte environ 15 % de la population, à un moment ou à un autre d’une vie. Dans 95 % des cas, ces acouphènes n’ont aucune gravité. La majorité des acouphènes sont dits “subjectifs”, c’est-à-dire qu’ils ne sont perçus que par le patient. Les acouphènes peuvent s’accompagner d’hyperacousie, c’est-à-dire d’une intolérance à certains sons. Selon l'enquête réalisée à l'occasion de la campagne Journée Nationale de l'Audition, 14 à 16 millions de Français souffriraient de

Lorsque l’audioprothésiste vise à rendre le son audible, il est facile d’oublier que le cerveau interprète ce que nous entendons. Le cerveau cherche constamment à donner du sens aux stimuli sonores qu’il reçoit. Les Sciences cognitives de l’Audition intègrent des recherches interdisciplinaires, et notamment physiologiques et cognitives, pour expliquer l’interaction complexe entre le signal auditif entrant, son traitement, le système auditif, la mémoire et la cognition dans la compréhension de la parole.

Quand notre système auditif et nos fonctions cognitives sont intacts, la parole peut être déformée de multiples façons, elle restera toujours comprise (Davis et al 2005). Toutes les technologies auditives modernes modifient le signal d’une

Campagne Sante Auditive au Travail 2020

bannière web pour webzine