French French

 Réalisé avec le soutien de Vincent Phénieux, responsable bureau d'études acoustique de la société id|acoustique (id-acoustique.com)

2/3 des actifs affirment que les nuisances sonores ressenties au travail au quotidien entraînent des conséquences négatives sur leur santé. Et plus d’un actif sur deux évoque une augmentation de sa fatigue et de son irritabilité en raison de ces gênes (Enquête Ifop-JNA 2019). Pour que le bien-être et l’harmonie règnent dans les open spaces, ne faudrait-il donc pas penser à soigner l’ambiance sonore de ces lieux ? En d’autres termes, pour s’entendre, ne serait-il pas nécessaire de bien entendre ?

Mettre fin à la pollution sonore dans l'espace de travail

Le bruit, c’est les autres. Seul 1 actifs

Le bruit est un risque étrange. Présent et insistant malgré son apparente innocuité. “Rien à voir avec un doigt qu’on se coupe ou une chute de hauteur, reconnaît ce médecin du travail dans l’industrie. A moins d’une baisse nette de l’audition ou la survenue d’acouphènes, il est plus difficile de lui attribuer la responsabilité de maux de têtes ou du stress. Il est pourtant capital de convaincre les salariés de prendre soin d’eux. Et les responsables de ressources humaines de diagnostiquer les nuisances et de protéger leur salariés”. Car le bruit ne lâche pas les entreprises.


32 % des actifs exposés

De 1994 à 2017, celui-ci est en effet l’une des seules contraintes physiques au travail qui n’ait pas baissé la garde

Ouvert, l’open space ? Cet espace collectif a de moins en moins bonne presse, alors qu’il concerne aujourd’hui 34% des Français travaillant au bureau, en majorité  dans des “petits” espaces, accueillant moins de dix personnes(1). D’autres, y voient un véritable espace de convivialité. Entre les accusateurs et les laudateurs, où se situe la réalité ?


“Enfer” et bourdonnement

“Enfer”, “Comment y survivre”, “Espace de travail sans âme”, “Instrument de contrôle social” : les mots sont forts et les commentaires parfois très violents, chiffres à l’appui, plaçant le plus souvent le bruit au cœur des critiques.

Dans un hall d’accueil, un bureau sans murs ou un centre d’appel téléphonique, le “barouf” est même

Nous nous en préoccupons maintenant depuis plus de 25 ans et les dernières enquêtes parues cette année le démontre encore : les salariés sont de plus en plus confrontés au bruit et ne disposent pas toujours de réponses adéquates pour lutter contre.

Il existe aujourd’hui sur le marché de la santé auditive différents types de protecteurs individuels contre le bruit (PICB). Leur utilité, leur budget détermine bien souvent les solutions envisagées.

Du bouchon standard mousse aux bouchons sur mesure il est surtout important d’étudier leur efficacité face au bruit pour avoir la protection la plus efficace.

Parce que n’il faut pas négliger les conséquences d’une exposition trop longue ou trop intense au bruit analysons