French French

Alors que 8 actifs au travail sur 10 déclaraient des difficultés de compréhension de la parole en raison du bruit et des expositions sonores au travail, le « brouhaha » environnant s’est estompé avec le confinement. Mais le confinement révèle le besoin d’oreilles vives pour comprendre la parole en mode « télétravail ».

Le quotidien de certains actifs s’est transformé en réunions téléphoniques ou en visioconférences successives. Les oreilles sont alors sollicitées et de la capacité à bien entendre dépend de l’état de fatigue lié à ces pratiques de communication nécessairement plus présentes. Ces pratiques quotidiennes vont mettre les oreilles en situation dite compétitive. Le niveau et la longévité de la compréhension dépendront de la dose de pression sur les cellules de l’oreille. L’enjeu est de maintenir une compréhension instantanée pour une communication instantanée. Dans le cas contraire, le cerveau est alors mis en difficulté pour décoder aisément les informations sonores qu’il reçoit. C’est alors que surviennent les pertes de concentration, le stress, la fatigue. 

Afin d’éviter ces effets, de bonnes pratiques sont à mettre en place. 

Pour tous, la sollicitation continue des cellules sensorielles de l’oreille constitue une pression acoustique sur les cellules sensorielles de l’oreille, celles chargées de transmettre les informations au cerveau. Plus le stress est important et plus une gêne auditive apparaît. Celle-ci est normalement momentanée en offrant une pause sans sollicitation. 

Si la gêne auditive se maintient malgré les pauses auditives, alors peut-être qu’un trouble de l’audition est présent. Il a pu être caché par le niveau de bruit ambiant sur les espaces de travail avant le confinement. Ces difficultés peuvent générer stress et fatigue. Un point sur vos capacités auditives sera alors à programmer après le confinement.

En attendant, ne pas hésiter à utiliser un casque pour les visioconférences en veillant au volume et à s’appuyer sur la lecture des documents partagés. Là encore, les pauses sont à intégrer. Le principe général à appliquer : temps de pause auditive = temps d’exposition sonore. 

L’association JNA, organisatrice de la campagne nationale Semaine de la Santé Auditive au Travail, invite les employeurs à rester vigilants sur la santé de leurs collaborateurs en mode télétravail. Le respect des besoins physiologiques des oreilles est un facteur de santé à exploiter pour maintenir les forces vives en pleine possession de ses capacités cognitives et en forme.

 

Campagne Sante Auditive au Travail 2020

bannière web pour webzine